matériel

Published on juillet 21st, 2016 | by Florian L

0

Arktis Stowaway: le coupe vent idéal ?

En milieu naturel, savoir gérer efficacement sa température corporelle est gage de confort… Et dans certains cas, un atout pour éviter de mourir de froid…

Oui, bon, ok, nous sommes en plein été, en période de canicule et l’hypothermie… On va dire qu’on s’en fout un peu dans l’immédiat… Et pourtant, si la pluie et/ou le vent s’en mêle, on peut crever de froid dès 15C° (et/ou simplement être dans l’inconfort)… Du coup, glisser un coupe vent dans son fond de sac (en plus d’une petite couche thermique), ce n’est pas si idiot.

Mais pourquoi le vent, ça fait froid dans le dos ?

Attention, si vous n’aimez pas l’émission « C’est pas sorcier », vous pouvez passer directement au chapitre suivant. XD

L’humain produit sa propre chaleur pour se maintenir en vie. Cette chaleur est dissipée via 4 phénomènes : conduction, rayonnement, évaporation et convection. Comme ce n’est pas un article sur la régulation de la température, on va zapper les trois premiers phénomènes et s’attarder sur la convection. Si le sujet vous intéresse, vous pouvez consulter cet article absolument génialissime.

Pour le physicien, la convection est le transport de la chaleur (entre autres propriétés) par un fluide en mouvement. Pour nous, ce fluide, c’est le vent. Concrètement et rapidement, le vent vient chasser l’air chauffé par notre corps et le remplace par du froid (l’inverse, c’est-à-dire un réchauffement par air chaud T°C >35°, reste un phénomène rare par chez nous mais pas impossible)…

Les-echanges-thermiques-web-francais-c457f

Moche mais explicite. Schéma piqué sur le site mis en lien ci dessus.

Ce phénomène de convection est aggravé par la propriété de conduction thermique ainsi que l’aire de la surface en contact avec le fluide. C’est le principe du ventilo d’ordinateur : du cuivre/alu pour conduire mieux la chaleur vers l’extérieur et une forme en « gaufrette » pour augmenter la surface d’échange… Et bien sur un ventilo pour faire circuler l’air…

Comme l’eau conduit 24 fois mieux la chaleur que l’air,  on a plus froid quand nos vêtements sont mouillés. La perte de chaleur est encore pire quand on est trempé ET exposé au vent : similaire au cuivre du ventilo de PC. A cela s’ajoute le refroidissement par évaporation qui vous pompe environ 600 cal par gramme d’eau passant de l’état liquide à gazeux… enfin bref… Je digresse méchamment là… Tiens d’ailleurs, en période de canicule, asperger d’eau son T-shirt et se mettre au vent est rafraîchissant…

Vous savez maintenant pourquoi se maintenir au sec et se couper du vent est important. (Accessoirement, vous comprendrez aussi que, quand on a très froid, réduire sa surface d’échange avec le milieu extérieur, s’en s’accroupissant presque en position fœtale, « réchauffe » un peu…).

Pourquoi CE coupe vent est un super produit ?

J’utilise ce coupe vent depuis pfff… des années ! Ce n’est pas une review d’un truc sorti de sa boite !

Bon… pour enfoncer la porte ouverte… Le Stowaway d’Arktis est fabriqué dans un tissu nommé « pertex » et coupe à 99% le vent : vous ne pouvez presque pas respirer au travers, c’est comme étanche à l’air…

Et pourtant, le pertex, c’est ultra respirant ! En portant ce vêtement, vous n’aurez jamais la sensation d’étouffer, même pendant l’effort ! Ce phénomène est sans doute du à l’autre vertu de ce tissu : un temps de séchage extrêmement rapide qui laisse s’échapper la vapeur au fur et à mesure que l’on transpire. D’ailleurs, ce temps de séchage éclair est un sacré atout : la surface en contact avec l’extérieur n’étant pas mouillée, elle est moins conductrice et donc les calories sont moins « facilement volées » par le vent. Autre effet bénéfique : porter le Stowaway par-dessus/dessous une couche un peu mouillée permet de drainer l’humidité vers l’extérieur…

stowaway-4

Au niveau des accessoires: capuche + cordon « Bernie », zip 3/4, élastiques aux poignets et… c’est tout.

En parlant d’atout, le Stowaway d’Arktis est ultra léger et ultra compressible. Il ne pèse que 200g (en XL). La veste se fourre sur elle-même dans une poche intégrée et tient dans le creux de la main…

Niveau tarif, le Stowaway n’est pas trop cher pour un vêtement  technique : entre 40€ et 50€. Pas donné mais ça reste correct… (Je constate que le prix a beaucoup augmenté, je l’ai acheté dans les 30€-40€ les miens… Punaise !).

Enfin, pour ne rien gâcher, le choix de coloris est juste génial : camo Français (à la base, Arktis est un fabricant de vêtements « tactiques »), vert discret, noir ou jaune fluo. Il y en a pour tous les besoins et tous les goûts !

stowaway-3

Tient dans le creux de la main. Attention, il s’agit d’un modèle XS (celui de ma femelle).

Limitations

Plutôt que parler de « défauts », je préfère évoquer les « limites » de ce coupe vent…

Pour commencer : ce n’est pas une membrane imper-respi ni un vêtement de pluie. Si vous restez sous la pluie avec la stowaway, vous finissez trempé. Point.

Ensuite : TEFLON DE MERDE. Putain de perturbateur endocrinien qui vous ruine insidieusement votre santé, votre fertilité, votre mental, votre masse musculaire et pollue l’environnement (rien que ça !). Le pire, c’est que cette enduction déperlante se barre (dans la nature et/ou votre corps bien sur) au bout de quelques utilisations… Gadget inutile, débile, malveillant.

stowaway-5

Voilà la zone usée en question. La « lésion » est stable depuis des années…

Bon… et puis c’est du synthétique hein : c’est bruyant (effraie le gibier), ça n’aime pas les escarbilles du feu et ça pue les aisselles au bout d’un moment…

Enfin, le plus gros défaut de ce produit, c’est sa relative fragilité. Face aux accrocs des ronces… Je dirai que le tissu ripstop fait son travail à condition de ne pas abuser (si vous êtes accroché, n’allez pas tirer dessus)… La vraie faiblesse du pertex, c’est sa mauvaise résistance à l’abrasion humide. Pour anecdote, j’ai utilisé ce vêtement pour faire du VTT tout en portant un petit sac à dos. Le fait d’être arqué, de beaucoup suer et d’effectuer un mouvement régulier de frottement entre le sac et la veste a usé prématurément cette dernière au niveau des reins (voir photo) ! Ce problème est à relativiser car je n’ai jamais rencontré ce phénomène en randonnant à pied avec la pertex et un sac à dos…

Contextes d’utilisation

En toute saison, la stowaway fait en permanence partie de mon fond de sac… Avec une couche thermique en laine « woolpower 200 » et un tshirt synthétique. Ce trio (+ un poncho), c’est assurance d’avoir des vêtements secs (sous réserve de les ranger dans un sac étanche) qui permettent de faire face aux imprévus. 

En été, par période de forte chaleur, c’est mon unique coupe vent (hors utilisation détournée d’un poncho ou d’un tarp). Autre utilisation : si je m’arrête dans une zone à moustiques et que je suis bras nus, le Stowaway protège efficacement contre les suceuses (seule la femelle pique ^ ^). C’est le complément parfait de la moustiquaire de tête.

stowaway-1

3 vêtements que j’emporte systématiquement en fond de sac: un t-shirt synthé (sèche vite), un woolpower 200 (rapport poids / isolation top) et le Stowaway dont il est ici question.

Dès que la température baisse et rend utile le port d’une veste en polycoton, comme une smock par exemple, (protection mécanique, résistance au feu, coupe vent respirant), le Stowaway devient redondant mais certainement pas inutile ! D’une part, le polycoton ne coupe pas 100% du vent : il est parfois intéressant de glisser une couche de pertex sous la veste quand le vent arrive à percer… D’autre part, le coton absorbe et retient l’humidité… En cas de veste « mili » trempée, le Stowaway fait office de roue de secours… (on peut aussi la prêter au copain qui vient aux champis en sweat « nike » (hein Tibault ! =) ).Bien entendu, si vous n’avez pas besoin d’une protection mécanique (vous ne faites que randonner et pas du « bushcraft »), la pertex peut se suffire à elle-même : portée en appoint par-dessus un pull/polaire assez costaud (genre Swanndri Ranger Shirt), elle est d’autant plus pertinente qu’elle est peu volumineuse et ultra légère…

En conclusion

La Arktis Stowaway présente un rapport poids/volume/prix/utilité très, très, très intéressant. En ce qui me concerne, elle enterre les « softshell » des « grandes » marques qui sont à la fois beaucoup plus chères (prix moyen 100€… et je encore je suis de bonne humeur…), plus lourdes et… dont les couleurs criardes me filent des boutons (pourtant bien pratique, je l’admets, pour permettre aux secours de retrouver rapidement son cadavre XD).

 

Tags: , , , , , , , , ,


About the Author

pratique le camping sauvage, la glane de plantes et champignons, bricole des affuts / abris de fortune... Par l'intermédiaire de Tacticraft, il souhaite aujourd'hui partager sa passion de la "verte".



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Back to Top ↑