matériel

Published on décembre 26th, 2014 | by Florian L

7

Comparatif de 8 scies pliantes

La scie n’attire pas autant que les couteaux ou les haches. Pourtant, c’est un outil très sur, relativement bon marché, permettant de couper du bois rapidement et sans fatigue excessive…
Possédant une petite collection de scies, je me pose souvent la question : laquelle emmener ? D’où ce test pour départager 8 modèles de scies…

(Photo ci dessus: à gauche MFH Spannsäge. De haut en bas: Silky Bigboy, Fiskars SW75, Bahco Laplander, Bahco 396, Silky Pocketboy, Felco 600 et Fiskars SW73.)

felco 600-5

Felco 600

Méthodologie

Les scies sont testées les unes à la suite des autres sur des buches de charme d’une circonférence allant de 47cm à 22cm. La circonférence et le temps nécessaire à la coupe sont à chaque fois notés.

Entre chaque test de coupe, un délai d’environ 3 minutes a été respecté afin d’éviter de (trop) fausser les résultats par l’effet de la fatigue.

Pourquoi avoir choisi uniquement du charme sec ? Trois raisons.

1 Parce que c’est un bois assez dense et dur qui va solliciter les lames.
2 La majeure partie des besoins de coupe a pour objectif de fournir du bois de chauffe, donc du bois sec (et non pas vert ou pourri).
3 Si j’ai le choix, j’utiliserai un peu de bois léger (type pin, bouleau etc.) pour l’allumage et beaucoup de bois dense (type chêne, charme) pour la combustion.

Par ailleurs, aucune coupe sur du bois vert n’a été réalisée. D’une part pour éviter tout gâchis inutile et d’autre part parce qu’il m’arrive rarement de vouloir couper de fortes sections de bois vert. En règle générale, mes besoins en bois vert se limitent à de petites perches bien droites en vue de fabriquer des trépieds ou des crémaillères… Or ces perches se coupent facilement quel que soit l’outil choisi… (couteau, scie, machette…).

0bahco 396-2

Bahco 396

Biais possibles / connus

Les résultats sont possiblement biaisés :

  • Certaines scies sont plus usées que d’autres. Par exemple la bahco 396 est vieille d’au moins 3 ans d’utilisation régulière.
  • Malgré les trois minutes de pause, la fatigue finira toujours par altérer les résultats
  • Les échantillons de bois ne sont pas tous homogènes malgré l’attention portée pour éviter de couper au travers de nœuds
  • Il n’y a pas assez de résultats pour pouvoir en tirer des conclusions béton

Donc, merci de ne pas vous fier uniquement au classement et de lire aussi les commentaires associés à chaque scie.

Ceci étant dit, il apparait quand même des tendances assez sensibles.

pocket boy-6

Silky Pocketboy

Classement par score d’Efficacité

Méthode de calcul 

A chaque coupe, la circonférence du morceau sectionné est divisée par le temps. Ensuite, on fait la moyenne de toutes ces divisions. Plus le score est élevé et plus la scie s’est montrée globalement efficace lors du test.

Résultats

1 Felco 600 (1.28)
2 Silky Bigboy (1.27)
3 Fiskars SW75 (1.08)
4 Silky Pocketboy (1.00)
5 Bahco Laplander (0.94)
6 Fiskars SW73 (0.89)
7 Bahco 396 (0.72)
8 MFH Spannsage (0.41)

bigboy-20

Banzaï !! ^ ^ – Silky Bigboy

Classement par score d’efficience 

Méthode de calcul

Il s’agit du score d’efficacité divisé par le poids de l’outil (et multiplié par 1000). Plus le score est élevé et plus l’outil présente un rapport poids/puissance intéressant.

Résultats

1 Felco 600 (8.45)
2 Fiskars SW73 (8.01)
3 Bahco Laplander (4.93)
4 Silky Pocketboy (4.63)
5 Fiskars SW75 (4.29)
6 Bahco 396 (3.81)
7 Silky Bigboy (3.03)
8 MFH Spannsage (1.55)

sw73-10

Fiskars SW73

Commentaires

Les SILKY

Reconnaissables à leurs corps métalliques et aux manches recouverts d’une gomme très tendre / épaisse (bon grip même mouillé !), les scies Silky sont conçues et produites au Japon.

Sur toutes les scies Silky, la lame n’est pas verrouillée en position fermée (mais la force de friction est réglable en serrant plus ou moins fort la vis). En revanche, il est possible de verrouiller la lame selon deux positions ouvertes. Cette option est très intéressante pour mitiger la fatigue ou encore pour réaliser des coupes propres sur billot en surélevant la main par rapport au support.

Silky propose des dentures plus ou moins fines en fonction du bois que vous allez scier (bois vert ou sec). Les scies ici testées sont toutes équipées d’une denture « medium » (polyvalente) avec 10 dents pour 3cm.

Les lames sont très fines, souples et sont conçues pour couper en tirant. L’erreur de manipulation classique consiste à pousser trop rapidement la lame ce qui aura pour effet de la plier voir de la casser…

En cas de casse, il est très facile de changer de lame (vendue en pièce détachée). En effet, démonter la vis de l’axe nécessite un simple tournevis plat (voir une pièce de monnaie suffit !).

Enfin, les Silky sont réputées chères et difficiles d’accès. Pour être exact, le prix est extrêmement variable (du simple au double) selon l’importateur…

bigboy-3

Toutes les lames coupant en tirant sont sujettes à la casse si on effectue le mouvement de retour sans s’appliquer.

La Silky Bigboy : le tank

Le modèle testé est neuf.

Avec son poids de 418g et sa lame de 35cm, la Bigboy porte plutôt bien son nom : c’est un outil immense comparé aux autres modèles.

C’est une scie très performante sur les petites sections de bois comme sur les très, très, très, très grosses buches. La longueur de sa lame permet de couper « proprement » et rapidement (environ 65 secondes) de rondins d’une circonférence d’environ 50cm. Il est possible de couper des section encore plus grosses qui sortent de l’enveloppe de ce test : cette scie n’a pas été poussée au bout de ses limites.

La prise en main caoutchoutée est très correcte. Il m’a semblé que couper avec cet outil générait assez peu de fatigue : la longueur de la lame couplée au bon grip permet de faire des gestes lents mais puissants qui mordent vraiment dans le bois.

Enfin, cette scie est extrêmement efficace en temps qu’outil d’abattage/débitage. La longueur du manche et le grip permettent de la manier à deux mains. La scie Bigboy remplacera TRES avantageusement une hache d’abatage de 800g tant en termes de fatigue que de rapidité. Avec la Bigboy, on peut même réaliser des tabourets/tables « KISS » en découpant un tronçon de tronc d’arbre…

Cette scie ne sera pas idéale en randonnée solo compte tenu de sa faible efficience et de son encombrement. Néanmoins, elle peut trouver sa place dans un groupe en temps qu’équipement collectif… Et là, sa vitesse de coupe alliée au peu de fatigue générée en fera surement un outil très apprécié…

La Silky Pocketboy : pas mal !

Le modèle testé est quasiment neuf.

Beaucoup plus petite que sa grande sœur (euh frère ?), la Pocketboy reste assez lourde (216g) pour sa taille (lame de 16.5 cm).

La prise en main de la scie est correcte et ce détail précis permet à mes yeux de placer la Silky Pocketboy devant la Fiskars SW75 (vous verrez pourquoi arrivé aux Fiskars).

La possibilité de facilement changer de lame est un autre atout compétitif face aux Bahco (il y a un problème à ce sujet avec les Bahcos, voir chapitre Bahcos).

Il n’y a pas vraiment grand-chose à dire de plus sur la Pocketboy. Elle ne brille pas particulièrement par ses résultats mais ne souffre d’aucun défaut particulier… Une bonne petite scie de rando de qualité.

Les Fiskars

Ces scies venues de Finlande se reconnaissent de loin avec leur corps en plastique jaune / noir et le système d’extraction de la lame à molette.

La partie du manche en jaune est une sorte de surface caoutchoutée censée apporter du grip. Sec, ça glisse… Humide, c’est la patinoire ! On verra par la suite que ce petit détail va plomber les performances des Fiskars.

Quant au système d’ouverture par molette… Le verrouillage en position ouverte comme fermée est fiable, rien à reprocher à ça. Cependant, en conditions humides et froides, manipuler cette molette peut devenir très pénible : elle se coince et glisse entre les doigts. En hiver, il m’est souvent arrivé de devoir manipuler cette molette avec la pince de mon leatherman…

Autre détail : les deux scies pliantes Fiskars sont munies d’un mousqueton à leur extrémité. Certes, il n’est pas indispensable de porter en permanence sa scie sur soi… Ceci dit, j’ai trouvé ce mousqueton très pratique après avoir débité des buches : on clip la scie sur un passant de la ceinture (ou ailleurs) et on a ainsi les deux mains libres pour ramener le bois au camp.

Au niveau de la lame, il s’agit de coupe en tirant avec 8 dents pour 3cm. Même remarque que pour les Silky : attention à la casse !

En cas de casse, bien que Fiskars ne vende pas de lames de rechange (une lame de rechange implique l’achat d’une scie complète), il est possible de démonter la scie afin de changer de lame sur le terrain. Si l’opération n’est pas compliquée en soi (il faut juste dévisser la molette), il est tout de même nécessaire de prévoir un embout hexagonal.

Voilà, c’est tout à propos des généralités sur les Fiskars.

sw75-3

Solution de portage très temporaire, vous en conviendrez =)

La Fiskars SW73 : la MUL

La scie a été un peu utilisée et son extrémité est cassée sur 5mm.

Il s’agit de la scie la plus légère et la plus petite de ce test avec seulement 111g et 14.5cm de lame !

La manche a beau être glissant, il est sauvé par le bout évasé qui permet de tirer efficacement mais au prix d’un effort de « poigne » fatiguant. Aussi les performances de cette scie ne sont pas terribles.

Son poids plume en fera l’outil préféré des marcheurs ultra légers (qui gagneront encore quelques grammes en coupant le mousqueton). Ceci étant, le système de fermeture pénible, le grip médiocre et les performances décevantes inciteront le bushcrafter à aller voir ailleurs…

La Fiskars SW75 : la savonnette

La scie est moyennement usée.

Cette scie est beaucoup plus grande que la SW73 et malgré une lame assez longue (24.5cm) le poids de l’outil reste contenu (251g).

Cette scie pourrait être exceptionnelle si seulement elle était dotée d’un grip correct… On perd énormément de force à empêcher le manche de glisser… En l’état, ses performances ne sont pas mauvaises mais elles se font au prix d’une fatigue « de poigne » importante.

La SW75 et la Silky Pocketboy affichent des résultats assez similaires. En ce qui me concerne, ma préférence va à la Silky. La SW75 est plus difficile à réparer, le grip est moins bon, la scie est plus volumineuse et le système de verrouillage est pénible. Ceci dit, la SW75 a pour elle une lame longue qui sera plus efficace sur les grosses buches ainsi qu’un prix plus compétitif.

Les Bahco

Très réputées dans le milieu du bushcraft, les Bahco ont plus d’une particularité.

Tout d’abord, ce sont les seules scies pliantes de ce test à couper à la fois en tirant et en poussant (excepté la MFH). Cela n’apporte pas grand chose en efficacité brute mais en revanche la lame (9 dents / 3cm) est beaucoup plus rigide et solide. A priori, le risque de casse est moins élevé. Cependant, j’ai constaté que ce type de coupe se révélait au final bien plus fatiguant

Au niveau du verrouillage, cela ressemble à une forme de « liner-lock ». Il est intéressant de noter que la scie est verrouillée aussi bien en position ouverte que fermée.

Le changement de lame est le gros point noir de ce type de scie. Bien que Bahco vende des lames séparément, je ne suis pas parvenu à chasser la vis de son axe… Résultat, pour changer de lame, on doit écarter le plastique en forçant avec un outil plat. Je suis prêt à relever le pari que forcer ainsi des pièces en plastique par temps froid (disons -5C°) aboutit la casse du manche.

Enfin, le grip légèrement caoutchouté (plus proche du plastique tendre que du caoutchouc à vrai dire) et texturé accroche relativement bien aux gants par temps sec. Par temps humide, c’est beaucoup moins efficace…

bahco laplander-6

Bahco Laplander

Bahco 396 (orange) : la retraitée active

Usée par un usage régulier sur 3 ans. Impossible de savoir de quel modèle précis il s’agit : les inscriptions sur la lame se sont effacées.

La scie pèse 190 grammes pour 17.5 cm de longueur de lame.

Je pense que l’usure aura eu raison des performances de cette scie : la Bahco 396 arrive avant dernière de ce test… Cette mauvaise efficacité va bien entendu plomber l’efficience.

Difficile de juger un modèle usagé. Cela permet juste de mettre en évidence le fait qu’une scie s’use assez rapidement…

Bahco Laplander : la MUL-lourde

Cette fois ci, on est sur du matériel neuf !

La Laplander est strictement identique à la 396 d’un point de vue poids et longueur de lame (190g /17.5cm).

En revanche les performances sont bien meilleures. Ceci a pour conséquence d’améliorer le score d’efficience : la Laplander obtient la 3e place du podium !

Je tiens à signaler que le coating noir de la scie neuve est légèrement rugueux et doit par conséquent limiter les performances. Au fur et à mesure que l’on utilise la scie, le coating se lisse et permet à la scie de mieux glisser et donc de moins fatiguer son utilisateur.

La Bahco Laplander est une scie qui coupe relativement bien pour un poids très contenu. Ce concept séduira les randonneurs qui souhaitent se munir d’un outil d’aspect « joli » (vert et noir assorti avec le Mora Companion MG =) et d’un bon rapport poids/efficacité.

La MFH Spannsäge : bonnet d’âne

La scie est neuve.

MFH est une marque Allemande qui propose du matériel « tactique » (mili quoi) d’une qualité située entre le milieu de gamme et le bas de gamme.

Cette scie est la seule scie à cadre (bucksaw) de ce test. Ce modèle est entièrement réalisé en métal, probablement de l’aluminium à en juger par son poids étonnant de 263g.

La lame mesure 32cm de long et il me semble qu’il s’agit d’une taille standard. On peut donc changer facilement de lame si elle venait à casser. De plus, si le cadre en métal venait lui-même à faillir, on peut toujours bricoler une scie à cadre en bois sur place. L’un dans l’autre, cette scie est la plus fiable des 8 modèles testés.

Cependant ! Le de serrage à vis peine à tendre correctement la lame. Résultat : cette scie est une horreur à l’usage. La lame se coince sans cesse.

A éviter !

La Felco 600 : la grosse surprise !

La scie est neuve.

Felco est un fabricant de sécateurs réputé auprès des professionnels paysagistes. Il est moins connu dans le secteur de l’outdoor.

Cette scie est plutôt légère avec un poids de 151g et présente une lame assez courte de 14.5cm. Il s’agit d’une lame coupant en tirant et présente la même denture que les Fiskars (8 dents / 3cm).

Comme pour les Silkys, la lame est uniquement verrouillée en position ouverte.

Tout laissait présager des performances similaires à la Fiskars SW73… Et beinon ! Cette petite scie, tel un piranha, bouffe littéralement le bois, le tout sans demander de fournir des efforts importants.

Pourquoi cette aisance ? Je ne sais pas trop… Peut être que la lame est d’une qualité très supérieure aux autres scies. En ce qui me concerne, je crois que cela vient de la forme du manche : la Felco brille là où les Fiskars sont pénibles.

En effet, la poignée de la Felco est inclinée comme la poignée d’un pistolet et se termine par un crochet. Du coup, la main reste droite, dans l’alignement du bras et le crochet permet de tirer la scie tout en gardant un grip « relaxé ». La combinaison des deux fait plus fonctionner les muscles du dos que ceux du bras. On a donc plus de puissance disponible et moins de fatigue.

Pour gratiner le tout, changer de lame est simple : il faut un tournevis cruciforme et il est possible de chasser la vis de son axe (contrairement aux Bahcos). Apparemment Felco vendrait des lames de rechange en pièce détachées.

Cette Felco est une belle surprise. Relativement peu chère (une trentaine d’euros), elle rafle la première place tant du point de vue efficacité qu’efficience. Je vous la recommande vivement ! Elle vous étonnera !

C’est terminé pour ce comparatif ! Certes la grande absente de ce test est la Silky Gomboy 240 et les scies fil auraient mérité de faire une apparition à titre de comparaison. Peut être une autre fois !

Vous avez aimé cet article ? Dites le sur notre page Facebook !

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,


About the Author

pratique le camping sauvage, la glane de plantes et champignons, bricole des affuts / abris de fortune... Par l'intermédiaire de Tacticraft, il souhaite aujourd'hui partager sa passion de la "verte".



7 Responses to Comparatif de 8 scies pliantes

  1. Seb says:

    Super article avec pleins de tests et d’analyses !
    Je regrette juste ne pas l’avoir lu il y a quelques mois…
    Merci !

  2. LL says:

    Perso j’utilise la laplander, elle est relativement petite mais assez grande pour la plus part des taches. Dans un étui a la ceinture fait sur mesure elle est toujours a portée de main. La lame ne casse pas mais a tendance a tordre. Heureusement facilement a remettre (a peu près) droit.

    J’ai aussi une scie opinel no 12 (je crois), celle avec le même système de blocage que les couteaux. Une bonne scie qui coupe bien, mais c’est justement ce système de blocage qui en fait son point faible. Quand on coupe une branche, et que la branche « pince » la lame, la lame rentre dans le bois du manche. C’est déjà arrivé 2 – 3 fois et il commence a y avoir du jeu. Fabrication française, mais malheureusement a déconseiller pour un usage intensif.

  3. Switchblade says:

    Very good review (although I had to translate it via Google) with amazing photography.
    Good job, thank you!

  4. Nico says:

    Très belle revue ! Cependant j’utilise pour ma part la fiskars SW75 sans n’avoir jamais ressenti qu’elle m’échappé des main, après je ne l’ai jamais utilisé avec des gants. Par contre j’ai prêté cette scie une fois à un ami peu scrupuleux qui a réussi à coincé la lame de scie dans sa glissière en la rangeant (je ne sait pas comment c’est possible) et du coup il à fallu forcer sur la lame pour la faire resortir de son logement. Ce qui a eu pour effet de tordre la lame ! c’est beaucoup moins efficace aujourd’hui juste pour cette raison je ne racheterais plus jamais de scie avec ce système de rangement par glissière. La Felco sera peut être la prochaine du coup !

  5. gaB says:

    Super travail.
    La felco sera de mes escapades! J’hésite cependant toujours sur la MFH Spannsäge. Il faudrait que je soit sur que l’on puisse changer facilement de lame. Mais pour un outil de cet ordre, cela ne devrait pas être impossible, non? Sinon, quel intérêt !

    Merci

  6. Marc says:

    Hello, en effet Felco est une marque suisse qui fait de très très bons sécateurs…..que vous allez utiliser toute votre vie car vous trouvez toutes les pièces de rechange! J’ai une scie Felco qui fonctionne très bien, je l’utilise pour la taille d’arbres fruitiers. J’ai déjà changé la lame, facilement et rapidement! Très bon produit à mes yeux mais par contre je ne connais pas les autres.

  7. Pingback: SCIE FISKARS SW75 : elle déchire! – cosmikvratch, le blog! (bushcraft et couteaux)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Back to Top ↑