matériel

Published on janvier 17th, 2015 | by Florian L

6

Dossier ponchos: 5 le poncho Solognac du Decathlon

Décathlon… Si vous n’en avez pas près de chez vous, estimez vous chanceux ! Sinon vous finirez par arpenter les rayons chasse et rando comme un âme en peine … Au rayon chasse se trouve justement un poncho qui mériterait que  l’on y prête un peu plus attention.

Description :

Dimensions : De forme classique et mesurant 110cmx200cm environ.
Poids : Ce poncho est extrêmement léger ! 280 grammes seulement !
Composition : il s’agit d’un tissu synthétique « polyamide » enduit. Il est très fin et non « ripstop » donc attention aux déchirures.
Accessoires : On peut noter la présence de velcros pour fermer le poncho sous les aisselles… Et c’est tout. Les attaches aux quatre coins devront être installées par vous même.
Étanchéité: Perce au bout de 4H de pluie.
Temps de séchage : Compte tenu de la finesse du tissu, le temps de séchage est plutôt court.
Encombrement : Minimal ! Le poncho rentre sans aucun problème dans une poche cargo de treillis. Son sac compressif vendu avec est d’ailleurs conçu dans cette optique : il est carré et pile aux dimensions !
Prix : 15€. C’est honnête.

ponchos2-3

Pile poil la taille d’une poche cargo/smock. Et on peut le compresser encore plus !

Utilisation en mode poncho :

J’ai souvent porté ce poncho et donc je peux affirmer que je le connais « bien ». Ma femme continue d’ailleurs d’utiliser le sien…

Son principal attrait est sa transportabilité. Comme c’est du matériel qui ne sert pas « tout le temps » on est plutôt content qu’il ne soit ni volumineux ni lourd. Ces deux caractéristiques font que le poncho « Solognac » se glisse facilement dans n’importe quelle poche ou sac. Il finit donc par être souvent de sortie.

Ceci étant, ce petit poncho n’est pas dénué de défauts.

poncho-44

Même si le poncho n’est pas totalement imperméable, sa déperlance tient bien le coup sans renouvellement du traitement.

Le premier et principal reproche est qu’il n’est pas totalement étanche. En effet, au bout de 4 heures de pluie continue, il finit par percer et les couches sous jacentes commencent alors à devenir progressivement humides.
Au départ, je croyais que c’était ma propre sueur qui condensait. J’ai alors fait un test inspiré du protocole de la colonne d’eau : j’ai fait une « poche » avec le poncho puis j’ai envoyé de l’eau sous pression comme si je voulais remplir une « bombe à eau ». Une fois gonflée d’eau, on observe que le tissu goutte un peu… Je me console en me disant que si ça passe dans un sens, ça passe aussi dans l’autre : ce poncho est peut être respirant…

poncho-9

La partie que vous voyez mouillée n’est pas la face extérieure mais bien ce qui est en contact avec mes vêtements. Pour en arriver là, il faut quand même 5H de bonne pluie d’automne !

L’autre défaut de ce poncho est sa relative fragilité. Ce n’est certes pas une catastrophe comme le sont les ponchos en vinyle (à fuir ! le moindre accroc s’agrandit comme sur un paquet de chips !) mais le tissu reste particulièrement fin et sensible au déchirement. Cette fragilité est à mettre en regard avec le poids et le prix de ce matériel. Ceci dit, une déchirure pendant un séjour ne signifie pas la fin du monde : un morceau de scotch « duct tape » permet de rafistoler le matériel et au pire, on le remplace une fois de retour.

Ce poncho n’a pas de contre indication particulière dans un contexte d’observation de la faune : il ne dégage pas d’odeur (pour mon odorat), ne fait pas de bruit au froissement et sa une texture n’est pas excessivement brillante (pour du synthétique).

Autres utilisations :

L’absence d’œillets peut facilement être compensée par une boucle en cordelette attachée à l’aide du nœud du pêcheur. Ce montage sans couture me parait être plus solide sur ce type de toile qu’une boucle cousue.

ponchos2-13

Un simple nœud du pêcheur.

Ces 4 attaches suffisent pour faire de ce petit poncho un abri d’appoint en appentis.

Pour finir, ce poncho me parait être trop fragile pour des utilisation régulières engagées (utilisation en tapis, ramassage de feuilles pour couvrir un abri naturel etc.).

Conclusion :

Ultra léger, ultra compact, bon marché, trouvable au D4 du coin… C’est un poncho que je recommande à mes proches et amis pour les balades et la cueillette des champignons.

Ce modèle pourrait aussi séduire les MULs (marcheurs ultra légers) désargentés. Ceci dit, cette catégorie de randonneurs préfère généralement investir dans des ponchos-tarps encore plus légers (mais plus chers) et surtout plus grands (car c’est aussi leur tente du quotidien et non pas juste un abri d’appoint).

Pour la pratique du bushcraft ou de la rando engagée, ce poncho risque de ne pas tenir le coup.

Page suivante: le poncho allemand « BW »  & FIN !

Tags: , , , , ,


About the Author

pratique le camping sauvage, la glane de plantes et champignons, bricole des affuts / abris de fortune... Par l'intermédiaire de Tacticraft, il souhaite aujourd'hui partager sa passion de la "verte".



6 Responses to Dossier ponchos: 5 le poncho Solognac du Decathlon

  1. Pingback: Tacticraft | Bushcraft, nature, survie, botanique, matériel et techniques

  2. Pingback: Tacticraft | Bushcraft, nature, survie, botanique, matériel et techniques

  3. hrk says:

    Au vu de tes post, tu aimes le matos… et je suis surpris que tu trouves beaucoup de qualité au solognac..(sans dénigré D4, j’y achètes régulièrement). Ceci dit, je regrette de ne pas l’avoir acheté en orange, en poncho d’appoint…(vraisemblablement, il ne font plus que le vert)

  4. Florian L says:

    Nan ! Je n’aime pas tant que ça le matos. J’aime tester et découvrir… Et je revend énormément de trucs ! Pour les ponchos, j’ai eu énormément de mal à trouver un truc qui me plaise…

    Je vais me calmer un peu sur le « matos » et profiter un peu de la nature car les reviews commencent à me peser…

    Qu’est ce que tu reproches au poncho D4 ?

  5. hrk says:

    « Qu’est ce que tu reproches au poncho D4 ?  » sa finesse. Pour moi, un poncho, c’est un abri, une bâche à tout faire,. alors, il faut qu’il soit  »increvable », ou tout au moins résistant.

    « …car les reviews commencent à me peser… » c’est purement égoïste, mais Merd*, j’apprécie tes reviews, comparatives, bien construites et surtout objectives (remettre en cause un matos dans l’air du temps, à la mode, faut osez (cf. esee 4) En d’autres lieux, si t’as pas de marque, t’es nécessairement (?) moins bon…
    Allez, il doit te rester des fonds de tiroirs avant de clôturer !

  6. Florian L says:

    Qui a parlé de cloturer ?!

    Puis j’aimerai faire autre chose que du matos. En ce moment c’est la saisons de récolte de la massette…

    Puis merde, j’ai juste envie de me faire une rando bivouac là…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Back to Top ↑