divers

Published on juillet 10th, 2013 | by Florian L

9

EDITO

Bonjour et (re)bienvenue sur Tacticraft.

Certains d’entre vous connaissent peut être ce site depuis son ancienne version. Permettez-moi de vous dire qu’il ne s’agit pas d’une simple mise à jour graphique : la ligne éditoriale n’a plus rien à voir. En effet, l’ancien site était trop centré sur le matériel et pas assez sur la nature ou les techniques. Cela va changer.

Pourquoi « Tacticraft » ?

Contraction de « Tactikeul » et de « Bushcraft », ce titre prétend réunir deux « modes », car c’est bien de phénomènes de société dont il s’agit, dans le but de se divertir en plein air… Mais pas seulement !

Et d’abord ça veut dire quoi Taktikeul et Bushcraft ?

Le « Tactical » désigne outre atlantique les techniques et outils des militaires. C’est surtout un vaste marché de l’équipement qui dessert aussi bien les professionnels que les joueurs d’airsoft, de paint ball ou les collectionneurs en tous genre. Si le matériel et les techniques militaires de vie en campagne peuvent parfois se révéler très intéressants pour qui souhaite séjourner dans la nature, ce thème souffre d’une connotation plutôt négative… D’où la transformation de « Tactical » en « Tactikeul » pour souligner une prise de distance et afficher un peu d’auto dérision. En tout cas, il ne sera jamais question de techniques de combat ou d’armes sur Tacticraft.

Le « Bushcraft » signifie littéralement artisanat de la brousse. Initié dans l’hémisphère sud et popularisé par Ray Mears, c’est un ensemble de compétences vous permettant de vivre en pleine nature. Non, il ne s’agit pas que de survie. La survie, c’est juste les consignes élémentaires d’hygiène et de prudence qui vous permettent de rester un peu plus longtemps en vie. Non rien à voir avec Man Vs Wild (Bear Grills) qui est juste une émission de trash TV. Le Bushcraft, c’est par exemple apprendre à reconnaitre les plantes et leurs usages ou encore savoir réaliser des ustensiles en bois à l’aide d’outils de terrain comme la hachette et le couteau croche. C’est aussi avoir des notions d’archéologie ou d’ethnologie car tous les savoirs-faire décrits nous viennent du fond des âges et nous sont transmis par des cultures (ou des individus !) dont la Tradition nous est parvenue intacte.

Une dernière chose. Ce n’est pas parce que les bois sont vides qu’il est permis d’y faire n’importe quoi. Sur Tacticraft, autant de fois qu’il le sera nécessaire, on vous rappellera que la nature doit être respectée et on vous indiquera comment le faire.

Donc vous l’aurez compris, Tacticraft, c’est un peu de matos mili, un peu de savoirs et techniques et surtout beaucoup de fun avec et dans la nature.

Tags: , , , ,


About the Author

pratique le camping sauvage, la glane de plantes et champignons, bricole des affuts / abris de fortune... Par l'intermédiaire de Tacticraft, il souhaite aujourd'hui partager sa passion de la "verte".



9 Responses to EDITO

  1. Raool says:

    Pour une bonne nouvelle… 🙂

  2. Raool says:

    J’avais toujours le site dans mon lecteur de flux RSS 🙂

  3. yannick says:

    moi, je suis tombé dessus par la vidéo du montage de tarp !

  4. Mathieu says:

    Enfin la nouvelle version ! Je passais de temps en temps voir si il était en ligne, voilà chose faite. Je suis un lecteur de l’ancienne version, j’avais connu le site en cherchant un comparatif de lacrymo il me semble.

    A bientôt !

    • Florian LELOUP says:

      Wep ! Par contre, fini les histoires de lacrymo et cie sur Tacticraft… Parcequ’on ne sait jamais par qui on est lu et parce que ce sujet est une affaire de spécialistes… Je vous invite toujours à suivre des cours de self défense, à condition que ce soit *réaliste*… C’est à dire pas de défense façon Chuck Norris contre une lame. Et aussi à vous équiper un minima en sublétal ^ ^.

  5. Mathieu says:

    Voilà qui est sage. (Elle est pas bonne la défense Chuck Norris? ^^) Je te remercie en retard de ces anciens articles qui m’avaient bien plu.
    Je viens de lire ta « description » après m’être demandé d’où venaient ces beaux clichés et oh surprise, tu es photographe ! C’est avec encore plus d’intérêt que je suivrais ton site.

  6. Johan says:

    C’est bien en s’immergeant dans le milieu dans lequel on se promène (à pied, en kayak, en canoë, en ski de fond ; enfin, cochez la ou les case(s) qu’on n’arrive jamais ou presque dans une situation dite de « survie ». En effet l’approche de Ray Mears est diamétralement opposée à celle de Bear Grylls. Ce dernier décrit (et très bien, chapeau l’expert) comment faire pour s’extraire de la nature quand on s’y trouve bloqué. Le premier y va pour y vivre, pour observer, pour s’y ressourcer. Pendant les quelques décennies que j’ai passées en grande partie sur le terrain , de la Scandinavie au sud de l’Espagne, c’est cela que j’ai essayé de faire. Il me semble que le maître-mot pour ça est respect.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Back to Top ↑