techniques

Published on septembre 20th, 2015 | by Florian L

1

Le bois gras… mon point de vue à moi perso.

Je ne fais pas cet article pour la plaisir de répéter ce qui a déjà été mille fois dit, pas comme certains (han, comment ça troll dès le début ^ ^). Non, si je vous écris, c’est parce que j’estime qu’il y a encore deux ou trois choses à apporter.

Légende de l’illustration en couverture:
1 Résine « cuite » dans une barquette en alu
2 Sachet de copeaux de quand on s’ennuie à la maison
3 Carton de bouts de bois gras
4 Bois gras du commerce
5 Bois gras de souche
6 Branches cassées de pin noir

bois gras-1-2

Théorie

Le bois gras, en théorie, c’est quoi ? C’est du bois de pin saturé de résine. Chaque mot compte.

Quand on dit bois de pin, on exclue les autres résineux ! Vous ne trouverez pas de bois gras dans du douglas ou de l’épicéa… Et encore, toutes les espèces de pin ne sont pas généreuses en résine (on verra ça par la suite)…
Quand on parle de résine, on fera attention à ne pas faire la confusion avec la sève. La sève est la substance qui transporte les éléments nutritifs : elle est plutôt liquide et transparente. La résine est la substance poisseuse et odorante que l’arbre sécrète pour protéger ses blessures, une sorte de pansement désinfectant en gros…  ! Lorsque la résine sèche, on dit qu’elle cristallise.

Si on me dit : « du bois gras, c’est du sapin saturé de sève »… Bein… Je ne suis pas prêt d’en trouver ! Les détails ont leur importance… PS : mon signe astro est vierge, ceci explique cela.

Où en trouver ?

Pour commencer, vous devrez chercher des pins… Oui mais pas n’importe lesquels. Dans ma région, j’ai des pins sylvestres et des pins noirs d’Autriche. Les pins sylvestres seront généreux en résine tandis que les pins noirs d’Autriche sont souvent décevants (voir illustrations). Les pins maritimes étant traditionnellement exploités pour leur résine, je crois qu’il s’agit aussi d’un excellent choix (non testé).

bois gras-1

Un pin sylvestre est un arbre d’une assez grande taille (jusqu’à 20m), au tronc écailleux en bas et qui se teinte typiquement d’ocre en hauteur. Se repère de loin !

 

bois gras-21

A droite, pin noir.

Une fois la pinède trouvée, voici ce que vous devrez chercher… Du plus pénible au plus efficient…

Les troncs et souches continuent de produire de la résine même après avoir été abattus. Alors certes, on peut trouver d’énormes quantités de bois gras dans une souche et ses racines… C’est même à partir de ces souches que le goudron de Norvège était fabriqué à l’échelle semi industrielle à l’époque de la marine à voile (goudron = sous produit de la carbonisation du bois de pin)… Ceci dit, vous devrez vous armer de patience et surtout de gros outils pour débiter une souche en petits morceaux.
J’ai essayé, je ne recommencerai plus: trop fatigant =).

bois gras-2

AMHA cet arbre a été trop récemment abattu pour que sa souche soit suffisamment saturée.

 

bois gras-3

Quoi que…

Les branches cassées sont souvent de bons endroits pour trouver du bois gras. On peut espérer que les 5 premiers centimètres après la cassure soient saturés de résine. Lorsque l’arbre est à taille humaine, une simple scie d’élagage permet de récupérer de petits morceaux sans trop se fouler.

bois gras-23

Branche cassée de pin noir. A première vue, ça a l’air prometteur.

 

bois gras-24

DTC !

Attention, on entre dans le royaume des feignasses.

Quand je veux récolter du bois gras, désormais je recherche avant tout du pin très pourri. Comme la résine est antiseptique/antifongique, le bois qui en est saturé se conserve plus longtemps. Il suffit alors de donner des coups de savate dans un tronc en décomposition : ce qui reste solide a de fortes chances d’être l’objet de votre quête. Les nœuds sont particulièrement riches en résine et faciles à arracher. On fignole son morceau en grattant le bois pourri à l’aide de la pointe d’un couteau. J’ai tendance à balancer ces morceaux tels quels dans le feu en lieu et place du moyen/petit bois. Économie de temps. Brutal Bushcraft ^^.

bois gras-4

Un seul coup de pied et déjà 3 candidats.

 

bois gras-5

Ultra gras !

 

bois gras-6

Gras sur presque toute la longueur. Alors bien entendu, il faut virer au maximum le bois pourri à l’aide d’une massue ou d’un couteau.

Attention cependant, le bois de pin humide prend la même couleur ambre que du bois gras : une fois le morceau séché vous risquerez d’être déçu. Fiez vous à votre nez : un bon morceau est très aromatique malgré son environnement de moisissure. De plus, il ne doit pas apporter une sensation de « mouillé » sur les lèvres (implique de faire un « bizou » au morceau, en général un bon test pour vérifier que votre bois est sec) !

bois gras-9

Résine dans un « berceau » d’écorce de bouleau : super combo !

Il y a enfin la solution de la résine pure. Vous allez me dire « oui mais ce n’est pas du bois gras !». Je vous répondrai que dans le bois gras, ce qui nous intéresse, ce n’est pas le bois : on en a plein la forêt !
L’avantage de la résine pure, c’est que ça pèse moins lourd et que ça brûle plus longtemps qu’une masse équivalente de bois gras : on peut allumer plus de feu pour un même contenu de poche. L’inconvénient, c’est que ça nécessite une flamme vive pour prendre feu. Hélas, le firesteel ne fonctionne pas directement dessus (voir chapitre suivant).

Pour trouver de la résine, il faut inspecter les troncs à la recherche de crevasses ou de bosses noires. Les plus gros morceaux s’arrachent à la main… Trop facile !

bois gras-11

Je serai un gougnafier, je mettrai un coup de scie sur ce renflement et partirai avec pas loin de 500g de mélange de résine et de bois.

 

bois gras-12

Voilà ce que vous devez chercher.

 

bois gras-13

S’arrache à la main…

Trivia : ce sont les sangliers qui endommagent les troncs des pins. Ils sont attirés par l’odeur et se frottent aux troncs, peut être pour bénéficier des vertus antiseptiques de la résine.

Vous remarquerez qu’en arrachant des morceaux de résine, beaucoup de miettes tombent au sol. Vous pouvez les récupérer en étendant par terre votre poncho et en grattant la plaie de l’arbre avec un bâton pointu. Les miettes seront ensuite fondues dans une barquette en alu pour les agglomérer entre elles et former des boulettes.

bois gras-14

Frottis de sanglier. Les armureries vendent aux chasseurs du goudron de Norvège à badigeonner sur les arbres pour attirer les « cochons ». Sauf que le goudron, ce n’est rien d’autre que de la « résine de pin cuite »… Normal que les sangliers soient attirés par les pins.

On peut appliquer des méthodes de sylviculture pour récolter de la résine. Cela s’appelle le gemmage et ça consiste en volontairement blesser l’arbre pour le faire excréter la fameuse substance. N’étant pas propriétaire d’une forêt, je m’abstiens d’endommager le bien d’autrui, mais si vous êtes dans votre bon droit (par ex : si vous avez un pin dans votre jardin), pourquoi pas ! Il y a sur wikipedia un excellent article sur le gemmage : à lire !

Enfin, je n’ai pas honte de vous dire que j’ai acheté du bois gras dans des boutiques en ligne. Les bâtons livrés sont de qualité variable mais dans un lot, on trouve toujours un exemplaire très gras.
Leurs dimensions sont idéales : coupez un bâton en deux, faites un trou dedans (ou scotchez une attache). Ensuite mettez sur un même morceau de corde : grattoir, firesteel et bois gras. Ce kit de poche fournit une flamme à coup sur.

Mode d’emploi

De mon point de vue, l’intérêt du bois gras est de pouvoir produire une flamme à partir de l’étincelle du firesteel.
Pour produire cette flamme, il ne faut pas chercher à faire des copeaux de fizerstique ! Il faut plutôt gratter votre morceau de bois avec le grattoir du firesteel (à défaut de grattoir, la lame de votre couteau fera l’affaire, mais attention aux coupures). Vous produirez alors une sorte de sciure qui prend feu à la moindre gerbe d’étincelle.

J’avais fait une vidéo, je vous la remet ci-dessous pour une explication par l’image.

 

L’intérêt de la résine pure est de fournir un allume feu naturel, simple et… efficace ! Elle permet de réussir son feu même dans des conditions humides avec des essences difficiles à enflammer (comme du chêne par exemple). J’aime bien poser une noisette de résine sur une languette d’écorce de bouleau et allumer le tout au briquet BIC (je n’ai aucuns complexes à dire que j’allume mes feux au BIC, c’est tellement roots ! ^ ^).

bois gras-15

On tombe parfois sur des morceaux d’écorce cachant de la résine en dessous…

 

bois gras-16

Nickel !

 

Si vous avez la chance de mettre la main sur de la résine sans débris végétaux, vous pourrez réaliser des bonbons au pin. Demandez la recette à Thomas de l’Echo des Cimes, c’est un spécialiste !

On peut aussi réaliser une boite à feu avec un récipient en métal et un mélange de résine / écorce de pin (elle s’arrache en feuillet sans mettre en danger l’arbre). Ceci dit, cette méthode recouvre votre popote d’une épaisse couche de suie très salissante. Testé une fois par curiosité, je ne recommencerai pas.

Bonus :

Chez moi, les épicéas sont bien plus abondants que les pins. La résine de l’épicéa, aussi appelée poix de bourgogne, prend difficilement feu, colle aux doigts, tâche les vêtements (infernal ce truc)… La poix est aussi comestible en temps que chewing gum (qui colle aux dents) et servait à poisser les fils de coton. Ceci étant dit, on peut enrichir un combustible – comme de l’écorce de bouleau par exemple – en le tartinant de poix. Le résultat est étonnant !

bois gras-17

Voici à quoi ressemble de la résine s’échappant du tronc d’un épicéa.

 

bois gras-18

Voilà ce qu’on obtient en grattant quelques secondes avec la pointe d’un couteau.

 

bois gras-19

Et la marmotte, elle met la résine dans l’écorce de bouleau.

 

bois gras-20

ça brule fort et longtemps !

 

Conclusion ?

AMHA, le bois gras n’est pas optimal. Ni dans les efforts déployés pour le récolter ni dans son utilisation comme allume feu. Il trouve sont intérêt à mes yeux uniquement employé conjointement avec un firesteel.
Pour démarrer mes feux, je préfère largement la résine, plus abondante, plus facile à récolter et plus légère.

Conclusion de la conclusion ?
Vous le saviez sans doute déjà, mais le bois saturé de résine brule vite et fort. Donc, faire un feu dans une pinède, c’est comme jeter une clope dans une station essence… Merci de votre compréhension !

 

bois gras-25

Objet religieux représentant la sainte triade Indo Européenne XD

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , ,


About the Author

pratique le camping sauvage, la glane de plantes et champignons, bricole des affuts / abris de fortune... Par l'intermédiaire de Tacticraft, il souhaite aujourd'hui partager sa passion de la "verte".



One Response to Le bois gras… mon point de vue à moi perso.

  1. alex l says:

    je te confirme que le pin maritime sécrète énormément de résine. après avoir lu ton article j’ai fais des test sur mon pin maritime. le résine qu’il sécrété s’enflamme directement à l’approche d’un briquet. j’ai flippé j’ai cru que l’arbre aller prendre feu. j’ai gratté les bouts restants de l’élagage de l’année dernière, et là surprise… un bout rouge ocre saturé de résine. un petit coup de laplander et j’ai testé avec quelques copeaux+ firesteel nickel. je vais suivre ton conseil en mélangeant bouleau+ resine pure… j’ai hate de voir le retour .
    encore merci pour tes articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Back to Top ↑