matériel

Published on août 10th, 2014 | by Florian L

7

Review: le leuku Roselli R150

Le leuku est le couteau emblématique des Samis, un peuple vivant au nord des pays scandinaves. Roselli nous donne une interprétation de cet outil traditionnel avec son leuku R150.

Je dispose de ce couteau depuis quelques années. Cependant, comme je ne l’apprécie pas (du tout) ; je l’ai très peu utilisé. Je vais essayer de vous en faire une review la plus objective possible.

Généralités.

Métré

Longueur totale : 31.6cm
Longueur de la lame : 19cm (7.5 pouces env)
Longueur du manche : 12,6cm
Epaisseur de la lame : 5mm constants

leuku-45

L’épaisseur est constante sur toute la lame. Pas de pointe effilée « pseudo couteau de combat à la con » qui risque de casser de manière impromptue.

 

Poids

Poids total : 417g
Poids de l’étui : 108g
Poids du couteau: 312g

leuku-44

La soie est traversante et « matée ». Malheureusement, le pommeau n’est pas équipé d’une plaque en acier ou en bronze comme on peut en voir sur d’autres leukus.

Lame

Type de lame : scandinave légèrement convexe
Dureté : non communiquée
Acier : carbone, nuance non communiquée.
Construction : soie traversante.
Angle du fil : non communiqué. A vue de nez et au ressenti lors de la coupe, l’angle du tranchant est beaucoup plus obtu que sur un « Mora Companion Heavy Duty ». Ceci est normal: puisque ce leuku est un chopper, il va recevoir des chocs. Il lui faut donc un tranchant solide qui ne risque pas de prendre trop de dents.
Tenue du fil : bon.
Centre de gravité de la lame : environ 3 cm en avant du ricasso, coté pointe

Commentaire : pour un 7 pouces et demi de cette épaisseur, le Roselli R150 est très léger. A titre de comparaison, un ESEE6 (6 pouces) pèse 480g. Ceci est du à la construction sur soie. Il faut ajouter que la lame est en acier forgé « main » et présente quelques irrégularités de surface très esthétiques qui n’affectent pas la puissance de coupe.

L’étui : du traditionnel rustique

leuku-41

Matériau : cuir et insert en plastique

Type de rétention : « chaussette » de cuir qui exerce une force de friction sur le manche du couteau.

Sécurité de la rétention : excellente. Si le couteau est correctement enfoncé, il n’a aucune chance de se déloger même si on secoue l’étui comme un sourd. Enfin, l’étui comporte un insert en plastique qui évite à la lame de percer.

Facilité d’ouverture : médiocre. D’abord vous devez utiliser vos deux mains. Ensuite, il faut « tortiller » l’étui cuir pour créer du jeu et dégager le manche. Enfin il faut faire attention à ne pas couper l’étui (et ses doigts). Cette procédure est laborieuse comparé aux étuis modernes en plastique.

Facilité de fermeture : correcte. Il suffit de pousser le couteau dans l’étui en veillant à ne pas le couper.

Confort au port : A ma connaissance, les deux meilleures solutions de port sont : en bandoulière et sur le ceinturon. Le premier type de port (bandoulière) est pratique pour travailler autour du « chantier » mais devient pénible sur les longs trajets en raison du balancement du couteau. Le second type de port est tout l’inverse : il est moins aisé de dégainer le couteau (ça reste faisable) mais le port lors de la marche ne gène pas (à condition de ne pas porter de sac à dos à ceinture lombaire ni de croiser des gendarmes =).

Commentaire : l’étui est très simple voir minimaliste. Il présente tout de même un degré de finition « propre » et a l’avantage d’être fonctionnel : il empêche le couteau de tomber, protège le porteur de la lame et permet un mode de port quelconque. Spartiate quoi. Peut être que ce type de design prend tout son sens en milieu froid extrême, où les boutons pression gèlent et où les étuis en plastique cassent… Il fait froid dans ma région, mais pas à ce point.
Personnellement, sauf contrainte particulière, un étui qui nécessite l’emploi des deux mains pour en extraire le couteau, c’est un étui que je n’utiliserai jamais… Tant pour des raisons pratiques (couper la ficelle que l’on tient dans la main faible) que pour des raisons de sécurité (scénario d’une main blessée en milieu isolé…).
Manque de pot, vu la forme du manche du Leuku R150, il est impossible de se fabriquer un étui ayant un autre système de rétention.

 

leuku-42

Pour les besoins de cette photo, l’étui a été partiellement démonté et l »insert est partiellement sorti. Notez que l’on peut donc sortir cet insert pour le nettoyer.

 

Ergonomie : on adore ou on déteste !

 

Aspects négatifs :

Le manche en bouleau est lisse. Ils est donc glissant comme pas permis par temps humide ou lors de port de gants anti-coupures un peu usés.
il est impossible de modifier le manche en rajoutant un grip quelconque en raison de l’étui. Et comme il n’est pas possible de changer le type d’étui… on est coincé avec ce foutu manche glissant.
– donc ça glisse… Et il n’y a pas de garde ! Rien ! Le manche forme un cône qui agit en toboggan of hell pour vos petits doigts, direction tranchant !

Pour toutes ces raisons, je refuse d’utiliser ce leuku. Le Roselli R150, une fois en main, vous fout la trouille. Il serait possible de percer une dragonne pour remédier à ce problème si on est vraiment motivé…

leuku-43

Aspects positifs :

– les artisans charpentiers (de loisir) et artistes sculpteurs sauront tirer profit de l’absence de garde pour réaliser un chopping très léger et précis. Dans certaines de ces situations, une garde peut gêner en venant taper contre le billot.
une garde peut venir gêner les prises en main très rapprochées de lame. Plus la main est proche de l’objet à couper et plus votre coupe est puissante (essayez une coupe en force avec le tranchant coté pointe, vous verrez de quoi je parle).
l’arrière du manche s’épaissit et est vraiment surdimensionné. Cette forme en cône favorise les prises « 3 doigts » pour des coupes à la volée. De plus, la forte circonférence du manche permet une meilleure prise en main lorsqu’on porte des gants épais d’hiver.

 

Travaux de coupe: ça tient la route !

 

Réaliser des feathersticks et des piquets de tente avec le R150 donnent des résultats assez bons / rapides. A poids équivalent, ce leuku est plus efficace qu’un couteau à plate semelle (référence ESEE6).

leuku-40

Bien qu’ayant un centre de gravité très en avant, ce leuku ne brille pas lors des coupes à la volées LOURDES sur du bois vert ou dur. Ceci en raison de son émouture épaisse qui pénètre peu dans la matière. Sur les coupes de petites sections, le bois n’est pas coupé net, il est éclaté. Mais n’oubliez pas que la scie est précisément utile dans ce genre de tâche. J’ai envie de dire que ce défaut particulier compte pour du beurre (même si la scie, c’est pas marrant =). Et ce d’autant plus qu’à poids égal, la plupart des autres couteaux n’ont absolument aucune inertie.

EN REVANCHE ! Ce couteau est EXCELLENT pour la coupe à la volée de précision. Aucun problème pour appointer un piquet d’un bon diamètre. Un utilisateur talentueux pourra sans problème réaliser des ustensiles en bois avec cet outil ( exemple en vidéo d’un type qui sculpte une sorte de spatule avec un leuku roselli ). En fait, ce leuku s’insère parfaitement entre la hachette de sculpture et le puuko.

Compte tenu de l’inertie assez forte de ce couteau, de sa faible longueur et de son émouture forte, il constitue un très, très mauvais outil de débroussaillage. Ok pour couper une ou deux ronces par ci ou par là (et dans ce cas, attention à vos doigts)… Mais oubliez l’idée de rafraîchir un chemin un peu bouché… même pas sur 1m.

Avec ses 5mm d’épaisseur, ses 7.5 pouces de longueur et son émouture en « coin », le R150 fend efficacement les bûches. Cependant, compte tenu de son montage sur soie, le bâtonnage par l’arrière revient à frapper directement la soie, ce qui, à mon avis, risque de démancher le couteau.

Mode pelle non testé.
Préparation de nourriture non testé.

Infos diverses :

leuku-13

Prix : environ 120€. Pour un couteau semi artisanal avec lame forgée main… C’est honnête.

Fiabilité : difficile à dire car je n’ai pas beaucoup utilisé ce couteau. La suite est pure spéculation.
Une soie est plus fragile qu’une plate semelle : il y a moins de matière. Ceci dit, la soie du R150 est triangulaire : elle est épaisse au ricasso et plus fine au pommeau (contrairement à une soie de Kabar toute carrée… qui casse…). De plus, comme la lame est forgée main, je suppose que la soie est trempée différemment de la lame afin d’augmenter encore plus son élasticité.
A priori, ce leuku ne devrait pas casser. Au pire, il peut se démancher… mais cet aléa est facile à réparer (un coup de colle + re-mater la soie… je crois).

Affutage terrain : les tranchants convexes demandent un minimum d’entrainement pour être affutés sur de petites pierres transportables. L’acier quand à lui n’est pas d’une dureté extrême.

Résistance à l’humidité et nettoyage : le cuir est sensible à l’humidité. Il doit être ciré/huilé de temps à autre. La lame peut rouiller en cas de stockage prolongé en lieu humide… Mais la finition brute de forge agit comme un revêtement limitant la rouille. Le manche est en bois, certes mais il semble avoir été façonné dans du « stabilisé ». Enfin, l’insert est amovible et nettoyable. Pas mal donc pour du rustique.

leuku-22

Conclusion ?

Je n’aime pas ce couteau car sa prise en main est peu sure. Pour cette raison, je déconseille franchement le leuku Roselli R150 pour pratiquer la randonnée / bivouac… et ce d’autant plus que la fatigue a tendance à s’accumuler durant ce type de séjour et donc augmente le risque d’accident.
D’un autre coté, un couteau de camp de 5mm épaisseur constant sur 7.5 pouces pour 411 grammes … C’est un rapport poids/utilité plutôt tentant, je l’admets…

Si ce leuku avait eu une garde sure et fiable, oui je l’aurai recommandé pour les séjours en milieu sauvage… mais en l’état, non.

Pour autant, il faut reconnaitre que le produit répond parfaitement au cahier des charges du bushcrafteur sculpteur – bricoleur, qui recherchent des couteaux sans garde pour bosser à l’atelier… Là, d’accord, dans ce cas précis le leuku de Roselli trouve parfaitement sa place entre la hachette et le puuko (mais ça ne change rien au danger pour les doigts).

Si je vais me séparer de ce couteau ? Oui, sans aucun regret car je n’en ai pas l’utilité.

Voilà, c’était une review un peu rapide. N’hésitez pas à me poser vos questions si vous en avez.

leuku-27

 

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,


About the Author

pratique le camping sauvage, la glane de plantes et champignons, bricole des affuts / abris de fortune... Par l'intermédiaire de Tacticraft, il souhaite aujourd'hui partager sa passion de la "verte".



7 Responses to Review: le leuku Roselli R150

  1. gouverneur says:

    et pour toi le meilleur couteau serait?

  2. Florian L says:

    Ca dépend de la saison, de ton mode de cuisson, de ton isolement et ton équipement de couchage.

    J’ai un réchaud à bois, je dors dans des sacs de couchage chauds et lourds et je ne suis pas loin de la civilisation. Une scie et un mora bushcraft orange me suffisent.

    Un mec qui voudra dormir sous une couverture en laine / tente en coton aura besoin d’un feu de camp et donc d’un surplus d’outils de coupe du bois.

    Parfois j’éprouve le besoin d’utiliser un outil pour ouvrir le terrain ou pour creuser. Et en ça, j’aime assez la machette ontario 12″. Elle a un équilibre « lourd » et 3mm d’épaisseur, ce qui la rend efficace sur du ligneux (mais moins sur de l’herbacée). La poignée en D est un plus sécurité non négligeable. Perso, 3mm me suffisent pour fendre le bois d’amorçage en cas de feu de camp. Après mon feu devient assez chaud pour y balancer du bois humide dedans. Enfin elle ne pèse que 550g (c’est peur comparé aux autres couteaux de camp).

  3. Dareau Thomas says:

    Salut

    Je trouve ce couteau plutôt sympa mais le prix me freine. Je veux bien te le racheter si tu le possèdes encore.

  4. Farel says:

    Bonjour,
    J’aimerai savoir où je pourrai me procurer ce couteau.
    Après plusieurs recherches je n’ai pas trouvé de point de vente où l’acheter.
    Sinon super article 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Back to Top ↑